Prendre Conscience de la Fragilité de la Terre par Thomas Pesquet

Ce qui a le plus frappé le spationaute français pendant ses six mois dans la Station internationale, c’est la fragilité de la Terre: «l’atmosphère est vraiment une mince bande ridicule qui contient toute la vie. Autour, il n’y a rien, à des milliards d’années-lumière. J’ai vu la déforestation, les bandes rasées qui s’enfoncent dans les forêts en Amérique du Sud, les fleuves qui charrient des pollutions, des boues, le dégazage des bateaux, la pollution atmosphérique – je n’ai jamais pu prendre une photo de Pékin, par exemple. Voir tout cela, non plus seulement l’intellectualiser, ça change quelque chose… L’écologie, c’est bien, c’est important. Mais il est difficile de se représenter les problèmes, leur échelle nous dépasse. Là, j’ai vu, j’ai ressenti avec mes sens. Mince, c’est vrai, c’est là!

Risquer sa vie en allant dans l’espace fait réfléchir à ce qui est réellement important. J’aimerais que tous les décideurs de la planète voient le spectacle de la Terre depuis l’espace. Il n’y a pas de frontières. Il est extrêmement difficile de distinguer un pays d’un autre. La Terre n’est ni plus ni moins qu’un gros vaisseau spatial aux ressources limitées, avec un équipage de 7 milliards de personnes. La seule chose à faire, c’est de voyager en bonne intelligence et d’entretenir le vaisseau, comme nous le faisons avec l’ISS, pour que le voyage continue. Sinon, ça va s’arrêter très vite. Dans quelques centaines d’années, peut-être…»
lemonde.fr

Une Terre Si Fragile
Par Thomas Pesquet
© ESA / NASA

à voir dans Animan N201