La photo en 7 millimètres

La photo en 7 millimètres
par Guy Michel Cogné

encore plus dans Chasseur d’Images n° 392


Les créations numériques sont à l’honneur ce mois-ci, dans Chasseur d’Images, avec un gros dossier basé sur les créations de nos Lecteurs. On y découvre comment vous transformez les portraits en toiles de maîtres, comment vous dramatisez vos paysages et on y glanne plein d’idées pour sortir des sentiers battus, grâce aux nouveaux outils à notre disposition.
Chasseur d’Images, c’est l’image, c’est la pratique, mais c’est aussi le matériel et, ce mois-ci nous avons beaucoup de chance, puisque nous voyons arriver plusieurs nouveaux appareils vraiment exceptionnels, mais dans des catégories très différentes.
C’est d’abord un compact abordable mais talentueux, le Panasonic Lumix LX15.
C’est ensuite un bridge-caméra qui fait tout, et qui en plus le fait bien, à savoir le Panasonic FZ2000.
On continue avec le Fuji X-T20, un « mini-reflex-hybride » presque aussi performant que le X-T2, mais moitié moins cher.
Puis viennent deux appareils à part: le Fuji X100F, compact à focale fixe aux délicieuses senteurs de Leica M, puis le GFX 50s: une vraie « bête de course » dont le capteur moyen format 51 mégapixels sort des images à couper le souffle.
Ce n’est pas tous les jours que nous sommes enthousiastes comme ça mais, franchement, ça vaut la peine. Plongez vite dans ce numéro.

Chasseur d’Images

Le nouvel univers de l’image | Les tendances de Photokina 2012

Pour le rendez-vous traditionnel du secteur de l’image du 18 au 23 septembre au salon Photokina de Cologne, le point de mire de l’industrie de la photo et de l’image va de nouveau se déplacer. Cette fois encore, des innovations révolutionnaires vont changer la façon de produire et d’utiliser les images. Le salon Photokina 2012 ouvrira beaucoup de nouvelles voies pour la photographie et il laissera apparaître les tendances qui illustrent son évolution future. Mais il montrera surtout que la photographie est un média en mutation dynamique qui est indispensable dans des domaines de plus en plus nombreux de la vie quotidienne, tandis que parallèlement prendre, développer, retravailler, archiver et diffuser des photos devient de plus en plus simple, et les possibilités d’utilisation de l’image deviennent de plus en plus complexes.

La nouvelle cohabitation
Les smartphones, nouveaux objets multimedia à tout faire, deviennent des accessoires pour appareils photo aux multiples usages. En utilisant des applications spéciales et les fonctions WiFi du portable et de l’appareil photo, ils permettent non seulement de télécharger et d’envoyer des photos sur les réseaux ou sur les plates-formes Internet, mais ils servent également de plus en plus de télécommande sans fil pour les appareils équipés du contrôle Live View. On est passé de la question appareil photo OU smartphone à la combinaison appareil photo ET smartphone. Beaucoup se sont alarmés en pensant que cela pourrait bien ruiner le marché des appareils compacts qui ne peuvent même pas offrir (et pas seulement dans le segment d’entrée de gamme) une fraction des fonctionnalités des smartphones. Ils n’ont pas pu maintenir cette image diabolique. Au contraire : le smartphone et les tablettes numériques, qui reposent largement sur les mêmes plates-formes, sont devenus les meilleurs alliés du monde de l’image et de l’industrie de la photo. Fidèle à la devise « si vous ne pouvez pas les battre, entrez dans leur jeu », le produit concurrent devient un accessoire important en tant que télécommande, moniteur externe avec Live View ou bien station de liaison par laquelle les appareils photo peuvent partager leurs photos directement sur Internet. Presque tous les grands constructeurs d’appareils photo proposent de nouveaux produits compatibles réseaux avec fonctions wifi et possibilités de connexion aux smartphones (par ex. Canon, Nikon, Olympus, Panasonic, Samsung).

Applis pour appareils photo
Qui dit smartphones doit dire également application : à l’occasion de la Photokina, les constructeurs d’appareils photo présentent les premiers produits dont on peut étendre les fonctions grâce à des applications téléchargées sur Internet. Les premiers mini-programmes complètent par exemple les possibilités de retouche d’images sur l’appareil photo, installent des filtres numériques supplémentaires pour des effets graphiques ou peuvent tout simplement jouer sur le contraste et la luminosité des photos. Pour l’instant, la plupart des applications proposées pour les appareils photo sont encore gratuites et limitées en nombre, mais les fournisseurs ont déjà annoncé d’autres applications lors du lancement des mini-programmes (par ex. Sony).

Plus de formats à la place des pixels
Après la course aux pixels, c’est au tour de la comparaison des formats : les inconvénients très difficiles à maîtriser des hautes densités de pixels sur les petits capteurs ont remis sur le devant de la scène les avantages des gros capteurs optiques en termes de qualité d’image, de sensibilité ISO et de possibilités créatives que l’on peut atteindre. Peut-être aussi parce que désormais les gros capteurs APS-C ont également fait leur entrée dans bon nombre d’appareils photo sans miroir, certains fabricants de reflex numériques ont cherché à pousser le plein format 35 mm et l’ont mis au cœur de leurs lancements de nouveaux produits haut de gamme. Un plus petit nombre de pixels sur des surfaces optiques plus grandes présente l’avantage d’avoir moins de bruit, de meilleures sensibilités ISO, des possibilités de conception élargies avec des nettetés sélectives (bokeh) et rien de moins que des possibilités de traitement plus rapides et des séquences d’images plus courtes (Canon, Leica, Nikon, Sony).

Objectifs à focale fixe ultra-lumineux et super zooms
Avec l’augmentation du nombre d’appareils photo équipés de capteurs plein format, la demande d’objectifs interchangeables est égalem ent en hausse pour cette catégorie. Dans ce domaine, tous les fabricants d’appareils photo (et d’objectifs également) ont annoncé des innovations importantes. Pour les objectifs à focale fixe, les fabricants mettent l’accent sur des objectifs ultra-lumineux dans le domaine du grand angle et des téléobjectifs moyens. Les produits haut de gamme offrent ici des ouvertures comprises entre 1:1,4 et1:2,0. Certains grands fabricants favorisent la qualité optique de leurs objectifs en corrigeant numériquement certaines aberrations d’origine physique. Pour ce faire, ils compensent par exemple le vignettage ou les distorsions de perspective par calcul en utilisant le processeur de l’appareil photo. Les nano-traitements les plus modernes augmentent le degré de transmittance et minimisent les reflets (Carl Zeiss, Nikon, Canon, Sigma, Tamron, Tokina). On trouve également des nouveautés dans le domaine des objectifs spéciaux pour boîtiers plein format, comme par exemple des optiques Tilt&Shift (Samyang). Côté zooms, on observe dans le secteur classique des superzooms aux impressionnantes plages de distances focales une tendance à la miniaturisation et à l’accroissement des ouvertures. Pour les zooms à usage professionnel, ce sont les zooms super grand angle qui dominent avec une ouverture élevée constante sur toute l’échelle de distance focale (Canon, Nikon, Sigma, Tamron).

Sans miroir pour professionnels
Ce qui était jusqu’alors uniquement classé comme une possibilité d’évolution pour les détenteurs d’appareils compacts cherchant davantage de liberté créative en pouvant utiliser des objectifs interchangeables sans devoir renoncer au confort habituel de leurs appareils photo compacts, a désormais atteint un niveau qui satisfait aussi les exigences professionnelles. Les premiers appareils hybrides pour les pros feront leur baptême sur le salon. Ce qui est essentiel pour ce segment, c’est la fonction vidéo qui promet une diffusion de qualité. Jusque-là parent pauvre des développeurs, la qualité du son a été fortement améliorée sur ces appareils. Ainsi les appareils photo sont-ils désormais équipés non seulement de prises pour micros externes, mais aussi pour écouteurs. La plupart des nouveaux modèles de cette catégorie disposent en outre de la fonction wifi pour déclencher ou régler à distance l’appareil et le raccorder à des réseaux sans fil. Beaucoup peuvent télécharger leurs photos soit directement, soit via un smartphone sur des plates-formes sur Internet(Olympus, Panasonic, Sony).

Une flexibilité maximum pour l’interchangeabilité
Dès le départ, les appareils sans miroir avaient le choix entre un grand nombre d’objectifs interchangeables grâce à leur grande faculté d’adaptation aux objectifs des autres marques. Désormais, il y en aura encore davantage. Tous les constructeurs d’appareils hybrides et de nombreuses grandes marques d’objectifs ont annoncé de nouveaux objectifs pour cette catégorie d’appareils relativement jeunes. Ici, en plus de l’excellente qualité d’image de niveau professionnel, l’accent est mis sur une ouverture élevée et constante, une commande autofocus extrêmement rapide et silencieuse qui fonctionne aussi pour les vidéos, ainsi que sur une construction compacte. Étant donné que pour les vidéastes, l’ouverture est souvent plus importante que la commande de l’autofocus, on trouvera également sur le salon des objectifs avec une ouverture de 1:0,9 et mise au point manuelle. Même les objectifs catadioptriques autrefois très appréciés vont connaître une renaissance dans le segment des hybrides. Ils permettent une construction ultra-compacte avec de gros téléobjectifs. La macrophotographie s’enrichit de focales plus longues pour les gros plans en format original (1:1). Celles-ci sont surtout recommandées pour la chasse aux insectes en extérieur et elles sont donc le plus souvent protégées par des joints spéciaux contre la poussière ou l’humidité (Olympus, Voigtländer).

Le viseur devient lunette
Si les objectifs sont souvent considérés comme les yeux de l’appareil photo, alors le viseur et l’écran sont les lunettes qui représentent le fragment d’image de façon plus ou moins brillante et fidèle à la réalité. Sur les appareils photo de dernière génération, les viseurs électroniques prennent de plus en plus le pas sur les optiques. L’avantage : l’image du viseur électronique montre la photo telle que les paramètres actuels de prise de vue la prennent effectivement, et telle qu’on pourra la voir ensuite sur l’écran après déclenchement. Ce qui, il y a seulement quelques années encore, faisait partie des prouesses technologiques devient de plus en plus un équipement standard : l’activation de l’appareil photo et de l’autofocus en regardant à travers le viseur. De nombreux appareils activent le viseur électronique dès que l’on porte l’appareil à l’œil. La qualité des écrans d’affichage connaît encore un saut qualitatif en termes de résolution et de saturation grâce à l’utilisation de la technique OLED. Les meilleurs produits parmi les nouveautés utilisent des écrans OLED aussi bien pour le moniteur que pour le viseur électronique. De plus en plus souvent, les écrans rabattables à haute résolution peuvent être mis à contribution pour se photographier soi-même. Ainsi nombreux sont ceux qui peuvent désormais se
rabattre vers le haut ou se tourner vers l’avant de telle sorte que l’on peut les utiliser pour contrôler le cadrage des autoportraits ou des photos de groupe sur lesquelles le photographe doit apparaître lui-même (Olympus, Panasonic, Sony).

Quand la technique rencontre le design et le style
Jusque-là, l’association entre l’esthétique et l’intelligence était plutôt l’exception pour les appareils photo, que l’on considérait surtout comme des outils de production d’images. Désormais, le design des appareils est mis de plus en plus sur le devant de la scène. Il n’y a plus aucune catégorie d’appareils photo où la technique dernier cri ne cohabite avec le design tendance ou classique. De plus en plus d’appareils sont disponibles en différents coloris et certains peuvent être personnalisés a posteriori grâce à des accessoires, comme des poignées de couleur. Que ce soit des matériaux nobles, tels que des appliqués en simili cuir ou des métaux prestigieux comme le magnésium brossé, mais aussi les finitions couleurs, tout cela fait que de nombreux modèles haut de gamme des constructeurs d’appareils photo sont devenus des produits qui incarnent un style de vie (Fujifilm, Olympus).

Le changement de paradigme dans la photographie a radicalement changé la façon de prendre, d’aborder et d’utiliser les images. La photographie grand public, qui servait essentiellement à conserver des moments précieux et à exprimer la créativité individuelle, a laissé la place, du fait de la disponibilité rapide et de la possibilité de partager des images immédiatement et partout, à la communication visuelle par photos et par films en recourant à des plates-formes sur Internet. Ce besoin est assouvi avant tout par les smartphones et également par les nouveaux appareils photo qui possèdent de plus en plus souvent la fonction wifi. Dans le même temps, il existe un désir croissant d’approcher la photographie de façon créative. Ce besoin est suivi par la gamme en croissance constante des appareils compacts dans le segment haut de gamme. Parmi les modèles d’appareils présentés sur le salon, nombreux sont ceux qui promettent une qualité d’image de reflex numérique dans un mini-boîtier élégant et design. Signes de qualité de ce segment : ses objectifs de premier ordre combinés à des capteurs optiques et des processeurs, tels qu’ils apparaissent avec une complexité comparable sur les reflex numériques. Enfin, des commandes automatiques intelligentes et la possibilité de passer également en mode totalement manuel viennent parfaire l’équipement de ce segment tendance (Canon, Fujifilm, Leica, Nikon, Olympus, Sigma, Sony, Samsung).

Sur terre, en mer, dans les airs…
Les sports extrêmes et autres activités de plein air ont de plus en plus de succès. Qu’il s’agisse de parapente, de saut à l’élastique, de kitesurf, de planche à voile, de moto, de vélo, d’escalade, de ski, de snowboard ou de skate, ce sont toutes des activités à la mode que l’on partage volontiers avec les autres par photos ou par films. Pour ce faire, un nouveau type d’appareils photo a été développé ces dernières années. Rien n’est trop extrême pour eux, ce sont les « actions cams » ou caméras de sport. Elles sont compactes, elles résistent aux coups et à l’eau et on peut les monter n’importe où avec les accessoires correspondants. Elles permettent de réaliser des vidéos en Full HD même dans les conditions les plus difficiles. La plupart font aussi sans problème des photos avec une résolution suffisante. Beaucoup peuvent transférer leurs photos par wifi directement à un PC ou même sur un réseau et, de là, les partager par Internet. Certaines de ces caméras de sport peuvent aussi diffuser leurs photos et vidéos en direct sur un écran de télévision et donc placer les autres au cœur de l’action (Hama, Jobo, Rollei).

Outils multiples pour créatifs
En photographie, de nombreux projets créatifs ne peuvent être réalisés qu’à l’aide d’accessoires adaptés ou tout du moins sont-ils facilités par les assistants proposés par l’industrie. Les trépieds ne sont plus seulement des appuis pour prendre des photos sans bouger, ce sont des systèmes extensibles et polyvalents utiles aux tâches photo et vidéo les plus diverses. Des têtes et des accessoires spéciaux facilitent l’imagerie à grande gamme dynamique ainsi que la photographie panoramique, multifocus ou astronomique. Des commandes motorisées se chargent avec précision du déplacement panoramique ou bien, pour les photos en pause longue du ciel étoilé, elles font suivre automatiquement à l’équipement le mouvement de la terre. Pour les photographes d’extérieur, il existe des parapluies ou des parasols portatifs « mains libres » qui peuvent en même temps servir de réflecteurs ou de monopodes, voire même, en cas de besoin, se transformer en affut de camouflage ou en cabine pour se changer (Cullmann, Novoflex).

Offensive : l’image en mouvement
Les photographes deviennent de plus en plus souvent réalisateurs. Les fonctions vidéo très performantes des appareils photo rendent cela possible. Toutefois, dans certaines situations, certaines prises de vues exigent un autre traitement que celui des reflex numériques ou des hybrides qui est optimisé pour la photographie. Dans ce domaine, un tout nouveau secteur de l’accessoire s’est développé. Il rend plus confortable le tournage de vidéos professionnelles avec ces appareils photo. L’offre s’étend des supports pour utiliser les appareils reflex numériques et les hybrides comme caméra à main, aux équipements permettant de tirer la netteté ou de zoomer, en passant par les têtes de trépieds spéciales pour des rotations douces de caméra. Il existe même une large gamme d’objectifs professionnels spéciaux pour le tournage vidéo avec ces appareils photo, le plus souvent avec focalisation manuelle (Carl Zeiss, Foto Walser, Novoflex).

Rester compatible
De nombreux adaptateurs offrent une nouvelle vie aux vieux objectifs ou à ceux d’une autre marque. Ces adaptateurs seront présentés au salon par les constructeurs d’appareils photo eux-mêmes ou par les fournisseurs d’accessoires. Ils permettent d’innombrables extensions créatives aux appareils à objectifs interchangeables. Ainsi, avec des adaptateurs  pour professionnels, les objectifs peuvent être utilisés de façon universelle et ils permettent à ceux qui changent de marque de continuer à utiliser les objectifs qu’ils possèdent. Les objectifs spéciaux, qui souvent ne sont pas proposés par les constructeurs d’origine, sont en demande essentiellement dans le domaine de la macro ainsi que pour la vidéo. De plus en plus souvent, on propose aussi des adaptateurs qui retransmettent les fonctions non seulement mécaniques mais aussi électroniques (Fujifilm, Leica, Novoflex, Sony).

Imprimer en toute beauté
Les magnifiques images de niveau exposition imprimées sur du beau papier ne ravissent pas que les photographes. Des imprimantes qui peuvent également produire des impressions beaux arts haut de gamme jusqu’en A3+ sur divers supports seront à découvrir en action à Cologne auprès des fabricants respectifs, à des prix qui restent abordables pour les photographes amateurs (Canon, Epson, HP). Les fabricants de supports de beaux arts ont annoncé de nombreux nouveaux media particulièrement pour l’impression photo : des supports avec structure toilée à ceux avec effet papier baryté classique, en passant par les supports beaux arts imprimables recto-verso destinés à la fabrication de ses propres livres photo.

Des livres photos à emporter
Le livre photo personnalisé a remplacé l’album photo. Il est facile à créer avec les logiciels gratuits des fabricants. Parallèlement, ces programmes proposent aux utilisateurs une grande flexibilité de mise en page. Cependant, de nombreux consommateurs ont été confrontés au problème de l’indécision pour le choix des photos et du temps nécessaire pour le placement des photos. Désormais les logiciels modernes pour les livres photos peuvent aussi sélectionner eux-mêmes les photos, trier en fonction de la date de création des photos, et faire des propositions de mise en page. Il existe un logiciel de commande qui crée automatiquement des livres photos à partir d’albums Facebook et on trouve de nouveaux systèmes pour créer des livres photos sur place dans le commerce, où le client peut attendre son livre photo (Cewe, Fujifilm Kodak). Avec la révolution numérique, les possibilités d’interactivité entre des groupes de produits autrefois séparés sont devenues une évidence. La nouvelle multifonctionnalité des produits facilite non seulement l’échange d’images, mais elle permet aussi de les enregistrer, retoucher, lire et enregistrer grâce à tout une série d’appareils divers.

http://www.photokina.com/en/photokina/home/index.php